Facebooktwittergoogle_pluslinkedinyoutube

German ARCE ROSS. Paris, octobre 2012.

Tableau : « Elegy », William-Adolphe Bouguereau, 1899

Je vous propose de participer à une réflexion sur le concept d’événement subjectif, appliqué aux conjonctures de perte, et son lien avec le terme générique de ruptures psychiques. Les événements subjectifs de perte ont plusieurs modalités, telles que la rupture de lien, la perte d’objet, les modifications brutales des conditions habituelles de vie. Ils peuvent être définitifs ou transitoires, mais renvoient toujours aux processus de deuil normal aussi bien qu’aux pathologies du deuil, voire à l’absence totale de valeur de deuil. Nous pourrions ainsi traiter des événements de perte dans l’expérience amoureuse, à savoir : les temps de latence, le désamour, le fall out of love, l’angoisse de perte et l’événement amoureux, la valeur de rencontre ou de trouvaille, voire, au contraire, la précipitation des désencontres…

La rupture psychique est un terme générique qui peut englober : 1) la notion de rupture factuelle ; 2) les réactions émotionnelles et affectives aux discontinuités de l’historicité subjective, où nous pouvons situer la tristesse mais aussi la dépression simple et les troubles anxio-dépressifs ; 3) les facteurs de déclenchement de l’événement pathologique, que nous appelons du terme de facteurs blancs, c’est-à-dire la non-inscription signifiante de l’événement de perte en fonction de la forclusion de la fonction paternelle. Nous pourrions ainsi traiter ici des dépressions majeures ou psychotiques, des différences entre acte et événement, de l’historicité et de la narration subjectives, de la relation entre événement et temporalité.

German ARCE ROSS. Paris, octobre 2012.

Site de l’auteur : www.germanarceross.com

Copyright © 2012-2013 German ARCE ROSS. All Rights Reserved.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2013-2014 German ARCE ROSS
Acknowledgements: Tableau : « Elegy », William-Adolph more...
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinyoutube