Facebooktwittergoogle_pluslinkedinyoutube

Tableau d’une jeune patiente traitée au CMP de Cachan, 1997. Un soleil magnifique représentant le placenta où se trouve un bébé prêt à naître. Art brut, collection Arce Ross.

Je vous propose un approfondissement de notre théorie sur les facteurs blancs appliquée, non seulement au déclenchement du délire de mort dans la psychose maniaco-dépressive, mais aussi à notre nouvelle idée sur les événements psychotiques dont la fuite des événements est le paradigme.

Plus précisément, dans ces événements inter-subjectifs incontrôlés, le sujet souffre d’une tendance à subir les actes qu’il fait lui-même accomplir aux autres. C’est ainsi que la fuite des événements peut être entendue comme une série d’événements inter-subjectifs qui s’enchaînent dans une suite, ou dans une fuite métonymique, hors du contrôle du sujet.

Partant des événements négatifs, tels que les pertes, les ruptures, les deuils, les ruines financières ou les modifications radicales des conditions habituelles de vie, les facteurs blancs représentent des événements à valeur de nuisance qui demeurent pourtant vides de toute valeur de nuisance. Ils produisent des espaces vides dans le déroulement de la chaîne signifiante, laquelle est censée représenter un à un, de manière enchaînée et selon une logique propre, les événements cruciaux de la vie d’un sujet donné.

Nous allons alors tenter de décrire les liens logiques qui peuvent exister entre ces deux concepts, à savoir les facteurs blancs et les événements psychotiques, à travers notamment l’étude de la fuite des événements lors de certains moments paroxystiques où l’angoisse règne.

German ARCE ROSS. Paris, octobre 2012

Site de l’auteur : www.germanarceross.com

Copyright © 2012-2013 German ARCE ROSS. All Rights Reserved.
Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2013-2015 German ARCE ROSS
Acknowledgements: Tableau d'une jeune patiente traité more...
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinyoutube