Facebooktwittergoogle_pluslinkedinyoutube

German ARCE ROSS, Paris, 26 octobre 2014.

Étant exclusivement un amoureux hyper passionnel, le sujet jaloux demande une union trop forte, une relation d’amour fusionnel où l’Autre peut être réduit à devenir un simple objet de possession. Ce désir impérieux de posséder, de contrôler et de dominer revient à enfermer l’Autre dans une aire émotionnelle et affective dont les autres sont exclus. Ainsi, la jalousie pathologique produit une relation que l’on pourrait appeler de couple reclus. Dans cet aspect d’enfermement, ils rejoignent paradoxalement certains couples maniaco-dépressifs lesquels sont cependant dépouillés de jalousie. Le seul trait commun appartenant aux jaloux pathologiques et aux maniaco-dépressifs serait l’enfermement à deux. Chez le couple jaloux, il s’agit d’un enfermement passionnel ; chez le couple maniaco-dépressif, l’enfermement se fait pour d’autres raisons, comme par exemple la fuite en avant vers un altruisme de mort.

Chez le couple où domine la jalousie pathologique, quand il y a trop de désir de possessivité, trop de surveillance, trop de suspicion, trop de questionnement ou trop de contrôle, le sujet jaloux devient extrêmement intrusif et tente de contrôler, de façon tyrannique, le jardin secret de l’autre.

Normalement, dans l’expérience amoureuse, il est souhaitable que l’intimité soit développée et enrichie. Mais, même dans l’amour le plus profond, on se doit de respecter les limites que l’on découvre progressivement chez l’intimité de l’Autre ainsi que les propres limites. Toutefois, dans l’amour à jalousie pathologique, l’intimité de l’un comme aussi bien l’intimité de l’autre présentent des limites de plus en plus floues que le sujet jaloux se efforce constamment de dépasser. En faisant cela, le jaloux peut paradoxalement induire l’infidélité du partenaire.

En plus de l’éventuelle jalousie par projection, on peut aussi souffrir d’une jalousie par induction ; ceci dans la mesure où l’Autre induit cette réaction affective ou dans le sens où le sujet ressent preconsciemment, ou inconsciemment, qu’il se trame quelque chose qui a à avoir avec l’infidélité. Dans ces cas, il se trouve que le sujet jaloux, à haute acuité sensitive, perçoit inconsciemment mais nettement des signes très subtils venant du partenaire. Y compris dans la sexualité d’ailleurs.

Interview de German Arce Ross accordée au journaliste Clément Pétreault pour l’hebdomadaire Le Point, du 16 octobre 2014. Nous remercions vivement Clément Pétreault pour son excellent travail.

Photo : ©German Arce Ross, 2014, sur une sculpture d’Étienne, exposée à la XVIIème Biennale des Artistes du VIème, Mairie de Paris VIème, du 20 octobre au 10 novembre 2014.

German ARCE ROSS, Paris, 26 octobre 2014.

Copyright © 2014 German ARCE ROSS. All Rights Reserved.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinyoutube